Hong-Kong

Ma condition ne me permet pas de: jouer à la roulette russe d'ouvrir un casino, d'entretenir une relation sexuelle avec Bill Clinton de m'échapper d'une revue de mode d'enfiler des baskets fabriquées en chine. Ma condition m'oblige à peine à bouger le petit doigt à enquêter sur ma concierge à attendre le bus, à relire le règlement me permettant d'accéder au code pénal, à enfiler mes chausset- tes dans le bon sens, à avoir une conversation correcte, à épeler intelligemment les mots « ATTENTION NE BOUGEZ PAS VOUS ETES FILMES «(voix atonale) D'ouvrir un compte en banque, d'escalader les murs, de fumer et de boire avec excès. Je suis un héros de conte populaire. Vendu à 340000 exemplaires l'année je suis le record de vente des grands magasins depuis 40 ans. A la question : Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV ? Question... Réponse....Si l'on parle de moi à la télé c'est pour dénoncer les excès de.... tendresse de vertu et de haine. Je suis un héros populaire emprunté 3 350 000 fois l'année - Agée de 2O1 ans ; Mon histoire est celle de la répétition. Autant de princes charmants que d'histoires vécues. Je dors plus que je ne vis. J'attends plus que je ne dors. Ma vie ne tient que parce que l'on veut bien m'emprunter. Je suis une histoire à répétition. Je suis la.... répétition, les forêts sont immenses........ les couteaux par milliers........ à moi les remake, les attentats, les coupures de presse les petites vengeances et les grandes jalousies, le prix du calva, les accidents de la route, les cris dans les chaumières. Je suis un rescapé de l'holocauste, je déteste les nains et les pères abusifs j'adore ce qui est laid, je déteste ce qui est beau ! De 30 a 100 kg, mon numéro de sécurité sociale est le vôtre vos désirs sont les miens. J'ai rêvé que je couchais avec Dirk Bogart Sofia Loren Lauren Bacall. Je suis un héros populaire, je vous regarde, vos souvenirs, vos maladresses, vos espoirs, vos railleries. Je suis un héros populaire en voie d'extermination. Je suis l'espoir de milliers d'enfants Le sommeil éternel, les 8 heures trente précises, les repas mal digé- rés les petits suisse écrasés sur le sol, les tartines renversées, les pères et les mères abusifs, les excès de tendresse, la foire du trône, le jardin d'acclimatation, le cours de la bourse, l'espoir de milliers d'en- fants, la survie de million d'adultes ...........Je suis la mémoire de vos ancêtres, l'attraction des peep show. Je suis ce que vous êtes, quand vous pleurez, je pleure..............., Je suis un produit de consommation courante...... Je ? retour - ... à la case départ Miroir, miroir quelle est la plus belle en ce miroir......, qu'elle est la plus belle en ce miroir ... miroir qu'elle est la plus belle en ce miroir ........(quelqu'un vient lui donner un grand coup de pieds, Blanche-Neige crache son morceau de pomme coincé dans sa gorge) , et ça recommence .....................

Blanche-Neige

suite d'actions et de performances,

initiée par Catherine Baÿ

L'exposition “IL EST UNE FOIS“ se déroulera du 31 janvier au 14 février 2015,
à THE WINDOW 1, Rue Gustave Goublier 75010 Paris

Les Blanche-Neige et l’oeil photographique
Voilà 10 ans que Catherine Baÿ sillonne le monde accompagnée d’une horde de Blanche-Neige de latex, stéréotypées, stylisées et actrices critiques de ce monde. Traversant des paysages, des lieux urbains, des milieux ruraux, des institutions où elles s’emparent, sous la direction chorégraphique de leur créatrice, de la mémoire des lieux, elles n’ont pas échappées à l’oeil de grand photographes.
Voilà 10 ans qu’il existe un compagnonnage tacite entre la performeuse Catherine Baÿ et ces photographes qui ont peu à peu dressé des paysages, des archives des différentes actions des blanche-neige de par le monde.
The Window, dans le cadre du 10 eme anniversaire de Hors-piste, et du travail de la chorégraphe, montre pour la première fois ce fond photographiques.
S’il s’agit bien de performances menées de Paris à New-York, de Cuba à Tokyo, et ce depuis 2004, cette exposition fait place aux  photographes qui se sont emparés de l’icône et des situations pour révéler, aussi, leur propre pratique.


Merci aux photographes : Marc Domage, Laurent Friquet, Hans Gissinger, Sébastian Mayer et Catherine Merdy
Commissaire Julie Dalouche - Dramaturge Muriel Ryngaert